Leading scientists lined up for new online seminar series »click here» 

Vivre avec l'hépatite B

Vivre avec l'hépatite B 

Puis-je guérir d'une infection par le virus de l'hépatite B ?

La plupart des adultes en bonne santé ayant été récemment infectés guériront sans problème. Par contre, les bébés et les enfants en bas âge auront plus de mal à éliminer le virus.

  • Adultes – 90 % des adultes en bonne santé élimineront le virus et guériront sans problème ; 10 % développeront une hépatite B chronique.
  • Enfants en bas âge – jusqu'à 50 % des enfants infectés âgés de 1 à 5 ans développeront une hépatite B chronique.

Nourrissons – 90 % deviendront porteurs chroniques ; seuls 10 % seront capables d'éliminer le virus. 

Quelle est la différence entre l'hépatite B aiguë et l'hépatite B chronique ?

On parle d'hépatite B « aiguë » pendant les six mois suivant l'exposition au virus. C'est le temps qu'il faut en moyenne pour guérir d'une infection par le virus de l'hépatite B.

Si, au bout de six mois, le virus de l'hépatite B est toujours présent dans votre organisme (HBsAg+), vous serez considéré(e) comme porteur chronique, ce qui peut durer toute la vie. 

Est-ce que je tomberai malade si je souffre d'hépatite B aiguë ?

L'hépatite B est considérée comme une infection « silencieuse », car elle ne provoque souvent aucun symptôme. La plupart des personnes atteintes se sentent bien et ne savent pas qu'elles sont infectées. Elles peuvent donc transmettre le virus, à leur insu. D'autres peuvent présenter des symptômes plus légers comme de la fièvre, de la fatigue, des douleurs articulaires ou musculaires, ou une perte d’appétit, qui sont attribués par erreur à un état grippal.

D’autres symptômes moins courants, mais plus graves incluent de fortes nausées et des vomissements, le jaunissement des yeux et de la peau (appelé « ictère ») et le gonflement de l’estomac ; ces symptômes exigent des soins médicaux immédiats, voire une hospitalisation.

Comment savoir si je suis guéri(e) d'une hépatite B aiguë ?

Une fois que votre médecin, en se basant sur les résultats de votre prise de sang, aura confirmé que vous avez éliminé le virus et développé des anticorps (HBsAb+), vous resterez protégé(e) contre toute infection future par le virus de l'hépatite B. Vous ne serez plus contagieux ou contagieuse.

Que faire si j'ai été diagnostiqué(e) d'une hépatite B chronique ?

Si, au bout de six mois, le virus de l'hépatite B est toujours présent dans votre organisme, cela indique que vous avez une hépatite B chronique. Vous devez prendre rendez-vous avec un hépatologue (médecin spécialisé dans les maladies du foie), un gastro-entérologue (médecin spécialisé dans les troubles de l'appareil digestif) ou un médecin généraliste expérimenté en matière d'hépatite B. Le médecin vous prescrira des analyses de sang et probablement une échographique du foie pour évaluer le degré d'activité du virus dans votre organisme et surveiller l'état de votre foie. Le médecin voudra probablement vous voir en consultation au moins une ou deux fois par an pour suivre l'évolution de votre hépatite B et déterminer si un traitement pourrait vous être bénéfique.

Tous les porteurs chroniques devraient être vus par un médecin au moins une fois par an (voire plus souvent) pour un suivi médical, qu'ils soient sous traitement ou non. Même si le virus est dans une phase moins active où il provoque moins de dommages (voire pas du tout) au foie, cela peut changer. C'est pourquoi un suivi médical régulier est important.

La plupart des porteurs chroniques peuvent s'attendre à vivre une longue vie en bonne santé. Une fois que vous avez été diagnostiqué(e) d'une hépatite B chronique, le virus peut rester dans votre sang et dans votre foie pour la vie. Il est important de savoir que vous pouvez transmettre le virus, même si vous ne vous sentez pas malade. C'est pour cette raison que toutes les personnes avec qui vous êtes en contact étroit (dont vos partenaires sexuels) devraient se vacciner contre l'hépatite B.

Quels sont les examens de suivi d'une hépatite B chronique ?

Les examens les plus souvent réalisés comprennent le profil sérologique du virus de l'hépatite B, des examens visant à évaluer la fonction du foie (ALT, AST), l'antigène HBe (HBeAg), l'anticorps HBe (HBeAb), la quantification de l’ADN du virus de l’hépatite B (la charge virale), et des tests d'imagerie médicale (échographie, FibroScan [élastométrie impulsionnelle] ou tomodensitogramme).

Existe-t-il une cure contre l'hépatite B chronique ?

À ce jour, il n'y a pas de cure contre l'hépatite B chronique. La bonne nouvelle est qu'il existe des traitements qui, en ralentissant le virus, peuvent contribuer à ralentir la progression de la maladie du foie chez les personnes porteuses d'une infection chronique. Moins le virus de l'hépatite B est produit, moins le foie est abîmé. Ces médicaments peuvent parfois éliminer le virus, mais c'est rarement le cas. 

Grâce à la recherche médicale prometteuse, il y a de l'espoir qu'une cure contre l'hépatite B chronique soit découverte dans un avenir proche. Rendez-vous sur Drug Watch (observatoire des médicaments) pour y trouver une liste de médicaments prometteurs en cours de développement.

Existe-t-il des médicaments homologués pour traiter l'hépatite B chronique ?

Les traitements actuels contre l'hépatite B peuvent être classés en deux catégories : les antiviraux et les immunomodulateurs.

Médicaments antiviraux – Ils peuvent ralentir ou inhiber le virus de l'hépatite B, ce qui réduit l'inflammation et les lésions au foie. Les antiviraux sont administrés sous forme de comprimé une fois par jour pendant au moins un an, souvent plus longtemps. Il existe six antiviraux homologués par la FDA. Seuls trois antiviraux de première ligne sont préconisés : ténofovir disoproxil (Viread/TDF), ténofovir alafénamide (Vemlidy/TAF) et entécavir (Baraclude). Les antiviraux de première ligne sont préconisés parce qu'ils sont plus sûrs et plus efficaces. Ces nouveaux médicaments présentent un meilleur profil de résistance que les anciens antiviraux. Cela signifie que, à condition d'observer la posologie prescrite, les mutations et la résistance sont moins probables. En développant une résistance aux antiviraux, le traitement et le contrôle du virus deviennent plus difficiles.

Médicaments immunomodulateurs – Ils renforcent le système immunitaire afin d'aider à contrôler le virus de l'hépatite B. Ils sont administrés sous forme d'injections sur une période allant de six mois à un an. Parmi les immunomodulateurs les plus souvent prescrits figurent l'interféron alfa-2b (Intron A) et l'interféron pégylé (Pegasys). C'est le seul traitement préconisé aux patients qui sont infectés également par le virus de l'hépatite delta.

Ces médicaments fournissent-ils une cure contre l'hépatite B chronique ?

Même s'ils ne fournissent pas de cure complète, les traitements actuels ralentissent le virus et réduisent le risque de souffrir plus tard d'une maladie plus grave du foie. Ces personnes se sentent mieux après quelques mois parce que les médicaments ralentissent, voire inversent les dommages hépatiques causés par le virus, s'ils sont pris à long terme. Un traitement antiviral n'est pas à prendre à la légère. C'est la raison pour laquelle un bilan complet réalisé par un médecin expérimenté est crucial avant de commencer le traitement contre l'hépatite B chronique.

Je souffre d'hépatite B chronique. Devrais-je prendre des médicaments ?

Il est important de comprendre que toutes les personnes atteintes d'hépatite B chronique n'ont pas forcément besoin de prendre des médicaments. Vous devez parler à votre médecin pour décider si un traitement médicamenteux est adapté à votre cas. Que vous soyez sous traitement ou non, vous devez régulièrement consulter un hépatologue ou un médecin expérimenté en matière d'hépatite B. 

La prise de compléments alimentaires et à base de plantes est-elle sûre, si je souffre d'hépatite B chronique ?

De nombreux patients envisagent la prise de compléments vitaminés ou remèdes à base de plantes pour renforcer leur système immunitaire et assurer la bonne fonction de leur foie. Le problème est que les fabricants de ces produits ne sont soumis à aucune réglementation. Cela veut dire que l'innocuité et la pureté de ces substances ne font pas l'objet d'essais rigoureux. Par conséquent, la qualité des compléments vitaminés et de remèdes à base de plantes peut varier d'un flacon à un autre. De plus, certains remèdes à base de plantes peuvent interférer avec le traitement prescrit contre votre infection par le virus de l'hépatite B ou une autre maladie. Certains peuvent même endommager votre foie. Ces remèdes à base de plantes ne guériront pas votre hépatite B.

Sur internet et les réseaux sociaux, de nombreuses entreprises font de fausses promesses au sujet de leurs produits. Les déclarations et témoignages en ligne et sur Facebook sont faux et utilisés pour inciter les consommateurs à acheter des remèdes et des compléments à base de plantes hors de prix. N'oubliez pas : si c'est trop beau pour être vrai, c'est que ça ne l'est sûrement pas.

Vous trouverez ci-dessous une liste de sources fiables pour plus d'informations sur les plantes et la médecine douce. Ces informations se fondent sur des preuves scientifiques. Ce ne sont pas de fausses promesses. Vérifiez si les ingrédients actifs de vos remèdes ou compléments à base de plantes sont réels et sans danger pour votre foie. Le plus important est de protéger votre foie de toute lésion ou tout dommage supplémentaire.

Quelles sont les mesures à prendre pour préserver son foiequand on souffre d'hépatite B chronique ?

Les personnes atteintes d'hépatite B chronique peuvent avoir besoin ou non de traitement médicamenteux. Outre les médicaments, il existe d'autres moyens de protéger son foie et d'améliorer sa santé. Vous trouverez ci-dessous notre liste des dix choix sains pour rester en bonne santé. Adoptez-les dès aujourd'hui !

  • Prévoyez des consultations régulières chez un médecin ou un hépatologue pour le suivi de votre état de santé et de votre foie.
  • Faites-vous vacciner contre le virus de l'hépatite A pour vous protéger des autres virus qui attaquent le foie.
  • Évitez de boire de l'alcool et de fumer, car les deux sont nocifs pour votre foie. Il est déjà attaqué par le virus de l'hépatite B.
  • Consultez votre médecin avant de commencer à prendre des vitamines, des compléments alimentaires et des remèdes à base de plantes, car ils peuvent interférer avec le traitement prescrit contre l'hépatite B et même endommager votre foie.
  • Consultez votre pharmacien avant de prendre tout médicament sans ordonnance (par exemple : acétaminophène, paracétamol) ou tout médicament prescrit pour autre chose que votre hépatite B. Vous devez vous assurer qu'ils sont sûrs pour votre foie, car beaucoup de ces médicaments sont métabolisés (transformés) dans le foie. 
  • Évitez d'inhaler les vapeurs de peintures, de diluants pour peintures, de colles, de produits d'entretien ménager, de dissolvants pour vernis à ongles et de toute autre substance chimique potentiellement toxique pouvant endommager le foie.
  • Adoptez un régime alimentaire sain comprenant des fruits, des céréales complètes, du poisson et des viandes maigres, et beaucoup de légumes. Les études ont montré que ce sont notamment les légumes « crucifères » (choux, brocoli, chou-fleur) qui contribuent à la protection du foie contre les substances chimiques présentes dans l'environnement. 
  • Évitez de consommer des mollusques et crustacés crus ou pas assez cuits (par exemple : palourdes, moules, huîtres, pétoncles). Ils peuvent être contaminés par une bactérie appelée Vibrio vulnificus qui est très nocive pour le foie et qui pourrait l'abîmer.
  • Avant de consommer des noix, du maïs, des cacahuètes, du sorgho et du millet, vérifiez que ces aliments ne présentent pas de traces de moisissure. La moisissure peut apparaître lorsque les aliments sont conservés dans un lieu humide et que leur emballage n'est pas correctement fermé. S'ils sont moisis, ces aliments peuvent être contaminés par des aflatoxines ; facteurs de risque connus du cancer du foie.
  • Réduisez le stress en mangeant sainement, en faisant régulièrement de l'exercice et en vous reposant suffisamment. 

N'oubliez pas : tout ce que vous mangez, buvez, inhalez ou absorbez par la peau est filtré par le foie. Protégez votre foie et votre santé !

Puis-je donner mon sang si je souffre d'hépatite B ?

Non. La banque de sang n'acceptera aucun don de sang ayant été exposé au virus de l'hépatite B même si vous avez guéri(e) d'une infection aiguë par le passé.

Living with Hepatitis B 

Will I recover from a hepatitis B infection?

Most healthy adults who are newly infected will recover without any problems. But babies and young children may not be able to successfully get rid of the virus.

  • Adults – 90% of healthy adults will get rid of the virus and recover without any problems; 10% will develop chronic hepatitis B.
  • Young Children – Up to 50% of young children between 1 and 5 years who are infected will develop a chronic hepatitis B infection.
  • Infants – 90% will become chronically infected; only 10% will be able to get rid of the virus.

What is the difference between an "acute" and a "chronic" hepatitis B infection?

A hepatitis B infection is considered to be “acute” during the first 6 months after being exposed to the virus. This is the average amount of time it takes to recover from a hepatitis B infection.

If you still test positive for the hepatitis B virus (HBsAg+) after 6 months, you are considered to have a "chronic" hepatitis B infection, which can last a lifetime. 

Will I become sick if I have acute hepatitis B?

Hepatitis B is considered a "silent infection” because it often does not cause any symptoms. Most people feel healthy and do not know they have been infected, which means they can unknowingly pass the virus on to others. Other people may have mild symptoms such as fever, fatigue, joint or muscle pain, or loss of appetite that are mistaken for the flu.

Less common but more serious symptoms include severe nausea and vomiting, yellow eyes and skin (called “jaundice”), and a swollen stomach - these symptoms require immediate medical attention and a person may need to be hospitalized.

How will I know when I have recovered from an "acute" hepatitis B infection?

Once your doctor has confirmed through a blood test that you have gotten rid of the virus from your body and developed the protective antibodies (HBsAb+), you will be protected from any future hepatitis B infection and are no longer contagious to others.

What should I do if I am diagnosed with chronic hepatitis B?

If you test positive for the hepatitis B virus for longer than 6 months, this indicates that you have a chronic hepatitis B infection. You should make an appointment with a hepatologist (liver specialist), gastroenterologist, or family doctor who is familiar with hepatitis B. The doctor will order blood tests and possibly a liver ultrasound to evaluate how active the hepatitis B virus is in your body, and to monitor the health of your liver. Your doctor will probably want to see you at least once or twice a year to monitor your hepatitis B and determine if you would benefit from treatment.

All chronically infected people should be seen by their doctor at least once a year (or more frequently) for regular medical follow-up care, whether they start treatment or not. Even if the virus is in a less active phase with little or no damage occurring, this can change with time, which is why regular monitoring is so important.

Most people chronically infected with hepatitis B can expect to live long, healthy lives. Once you are diagnosed with chronic hepatitis B, the virus may stay in your blood and liver for a lifetime. It is important to know that you can pass the virus along to others, even if you don’t feel sick. This is why it’s so important that you make sure that all close household contacts and sex partners are vaccinated against hepatitis B.

What tests will be used to monitor my hepatitis B?

Common tests used by doctors to monitor your hepatitis B include the hepatitis B blood panel, liver function tests (ALT, AST), hepatitis B e-Antigen (HBeAg), hepatitis B e-Antibody (HBeAb), hepatitis B DNA quantification (viral load), and an imaging study of the liver (ultrasound, FibroScan [Transient Elastography] or CT scan).

Is there a cure for chronic hepatitis B?

Right now, there is no cure for chronic hepatitis B, but the good news is there are treatments that can help slow the progression of liver disease in chronically infected persons by slowing down the virus. If there is less hepatitis B virus being produced, then there is less damage being done to the liver. Sometimes these drugs can even get rid of the virus, although this is not common. 

With all of the new exciting research, there is great hope that a cure will be found for chronic hepatitis B in the near future. Visit our Drug Watch for a list of other promising drugs in development.

Are there any approved drugs to treat chronic hepatitis B?

Current treatments for hepatitis B fall into two general categories, antivirals and immune modulators:

Antiviral Drugs - These are drugs that slow down or stop the hepatitis B virus, which reduces the inflammation and damage to the liver. These are taken as a pill once a day for at least 1 year, usually longer. There are 6 U.S. FDA approved antivirals, but only three first-line antivirals are recommended treatments: tenofovir disoproxil (Viread/TDF), tenofovir alafenamide (Vemlidy/TAF) and Entecavir (Baraclude). First-line antivirals are recommended because they are safer and most effective. They also have a better resistance profile than older antivirals, which means that when they are taken as prescribed, there is less chance of mutation and resistance. Building resistance makes it harder to treat and control the virus.

Immunomodulator Drugs - These are drugs that boost the immune system to help control the hepatitis B virus. They are given as injections over 6 months to 1 year. The most commonly prescribed include interferon alfa-2b (Intron A) and pegylated interferon (Pegasys). This is the only recommended treatment for patients coinfected with hepatitis delta.

Do these drugs provide a “cure” for chronic hepatitis B?

Although they do not provide a complete cure, current medications will slow down the virus and decrease the risk of more serious liver disease later in life. This results in patients feeling better within a few months because liver damage from the virus is slowed down, or even reversed in some cases, when taken long-term. Antivirals are not meant to be stopped and started, which is why a thorough evaluation by a knowledgeable doctor is so important before beginning treatment for chronic HBV.

If I have a chronic hepatitis B infection, should I be on medication?

It is important to understand that not every person with chronic hepatitis B needs to be on medication. You should talk to your doctor about whether you are a good candidate for drug therapy. Whether you and your doctor decide you should start treatment or not, you should be seen regularly by a liver specialist or a doctor knowledgeable about hepatitis B.

Is it safe to take herbal remedies or supplements for my hepatitis B infection?

Many people are interested in using herbal remedies or supplements to boost their immune systems and help their livers. The problem is that there is no regulation of companies manufacturing these produces, which means there is no rigorous testing for safety or purity. So, the quality of the herbal remedy or vitamin supplement may be different from bottle to bottle. Also, some herbal remedies could interfere with your prescription drugs for hepatitis B or other conditions; some can even actually damage your liver. These herbal remedies will not cure a chronic hepatitis B infection.

There are many companies that make false promises on the Internet and through social media about their products. Online claims and patient testimonials on Facebook are fake and are used to trick people into buying expensive herbal remedies and supplements. Remember, if it sounds too good to be true, then it’s probably not true.

Below are reliable sources of information about herbs and alternative medicines. This information is based on scientific evidence, not false promises. Check whether the active ingredients in your herbal remedies or supplements are real and safe for your liver. The most important thing is to protect your liver from any additional injury or harm.

What healthy liver tips are there for those living with chronic hepatitis B?

People living with chronic hepatitis B infection may or may not need drug treatment. But there are many other things patients can do to protect their liver and improve their health. Below is our list of the top 10 healthy choices that can be started today!

  • Schedule regular visits with your liver specialist or health care provider to stay on top of your health and the health of your liver.
  • Get the Hepatitis A vaccine to protect yourself from another virus that attacks the liver.
  • Avoid drinking alcohol and smoking since both will hurt your liver, which is already being injured by the hepatitis B virus.
  • Talk to your provider before starting any herbal remedies or vitamin supplements because some could interfere with your prescribed hepatitis B drugs or even damage your liver.
  • Check with your pharmacist about any over-the-counter drugs (e.g. acetaminophen, paracetamol) or non-hepatitis B prescription drugs before taking them to make sure they are safe for your liver since many of these drugs are processed through your liver. 
  • Avoid inhaling fumes from paint, paint thinners, glue, household cleaning products, nail polish removers, and other potentially toxic chemicals that could damage your liver.
  • Eat a healthy diet of fruit, whole grains, fish and lean meats, and lot of vegetables. “Cruciferous vegetables” in particular -- cabbage, broccoli, cauliflower -- have been shown to help protect the liver against environmental chemicals. 
  • Avoid eating raw or undercooked shellfish (e.g. clams, mussels, oysters, scallops) because they could be contaminated with bacteria called Vibrio vulnificus, which is very toxic to the liver and could cause a lot of damage.
  • Check for signs of mold on nuts, maize, corn, groundnut, sorghum, and millet before using these foods. Mold is more likely to be a problem if food is stored in damp conditions and not properly sealed. If there is mold, then the food could be contaminated by “aflatoxins,” which are a known risk factor for liver cancer.
  • Reduce your stress levels by eating healthy foods, exercising regularly, and getting plenty of rest. 

Keep in mind everything you eat, drink, breathe, or absorb through the skin is eventually filtered by the liver. So, protect your liver and your health!

Can I donate blood if I have hepatitis B?

No. The blood bank will not accept any blood that has been exposed to hepatitis B, even if you have recovered from an acute infection.