Leading scientists lined up for new online seminar series »click here» 

Information Générale

Informations générales 

Qu’est-ce que l’hépatite B ?

L’hépatite B est la maladie infectieuse du foie la plus répandue au monde. Elle est causée par le virus de l'hépatite B (ou VHB) qui attaque et endommage le foie. Le virus se transmet par le sang, les rapports sexuels non protégés, le partage ou la réutilisation d’aiguilles contaminées, et de la mère à l'enfant pendant la grossesse ou à la naissance. La plupart des adultes infectés sont capables d’éliminer le virus de l’hépatite B sans problème. Cependant, certains adultes, ainsi que la plupart des nourrissons et enfants infectés développent une infection chronique (qui durera toute leur vie).

La bonne nouvelle est qu’il existe un vaccin qui protège contre l’hépatite B et de nouveaux médicaments destinés aux personnes déjà infectées pas le virus. 

Combien de personnes sont-elles atteintes d’hépatite B ?

Dans le monde, deux milliards de personnes (soit une personne sur trois) sont porteuses du virus de l’hépatite B, et 257 millions sont porteuses chroniques (incapables d'éliminer le virus). Chaque année, environ 700 000 personnes meurent de l'hépatite B et de ses complications.

Pourquoi l'hépatite B est-elle plus répandue dans certaines régions du monde ?

L’hépatite B peut toucher n'importe qui, peu importe son origine ou son âge. Cependant, les personnes qui viennent de régions où elle est la plus répandue (comme en Asie, dans certaines parties de l’Afrique et de l’Amérique du Sud, en Europe de l’Est et au Moyen-Orient) sont beaucoup plus susceptibles de contracter la maladie. L’hépatite B est répandue également chez les Américains originaires (ou dont les parents sont originaires) de ces régions.

L'hépatite B est plus répandue dans les régions du monde où il y a beaucoup plus de personnes infectées par le virus. Même si l'hépatite B ne peut pas être considérée comme une maladie d'Asie ou d'Afrique proprement dite, elle touche des centaines de millions de personnes sur ces deux continents. Dans ces régions, il y a donc plus de personnes qui peuvent transmettre le virus de l'hépatite B aux autres. Cela augmente le risque d'infection par le virus. Dans les régions occidentales du monde, le nombre de personnes infectées est moins important, il existe donc un risque d'infection plus faible.

Dans les régions où l'hépatite B est répandue, la plupart des personnes contractent le virus à la naissance, de leur mère qui ignore être porteuse du virus. Les enfants en bas âge représentent également une population à risque si, au quotidien, ils sont en contact étroit avec un membre infecté de leur famille. Les bébés et les enfants sont plus susceptibles de développer une hépatite B chronique, car leur système immunitaire a plus de mal à éliminer le virus.

Si votre famille ou vous venez d'une région marquée en bleu foncé sur la carte, vous êtes plus susceptible de contracter l'hépatite B et vous devriez contacter votre médecin pour passer un test de dépistage.

map 3 04 global 002

Pourquoi s'intéresser à l'hépatite B ?

L'hépatite B chronique peut entraîner une grave maladie du foie, comme une cirrhose ou un cancer du foie. Il est important de passser un test de dépistage, car un diagnostic précoce de la maladie vous permettra de bénéficier d'un traitement qui pourra vous sauver la vie. De plus, les personnes atteintes peuvent en infecter d'autres. Comme la plupart des personnes touchées par l'hépatite B ignorent qu'elles sont infectées, elles transmettent le virus sans le savoir. Sans dépistage, l'hépatite B peut toucher plusieurs générations d'une même famille et d'une communauté.

Selon une idée préconçue, l'hépatite B serait « héréditaire », étant donné que plusieurs générations d'une même famille peuvent être touchées par la maladie. Pourtant, l'hépatite B N'EST PAS une maladie génétique : elle est causée par un virus qui est souvent transmis entre les membres d'une même famille, à la naissance de la mère à l'enfant, ou par le sang, de manière accidentelle. Les familles ont le pouvoir de rompre ce cercle vicieux en passant un test de dépistage, en se faisant vacciner et soigner.

Pourquoi l’hépatite B est-elle si dangereuse ?

L'hépatite B est dangereuse parce qu'il s'agit d'une infection « silencieuse » : on peut la contracter sans le savoir. La plupart des personnes infectées ne savent pas qu'elles le sont et peuvent transmettre le virus de l'hépatite B à d'autres par leur sang et leurs liquides organiques. Les personnes porteuses d'une infection chronique courent un risque plus élevé de développer une insuffisance hépatique, une cirrhose et/ou un cancer du foie au cours de leur vie. Pendant des années, le virus peut continuer d'attaquer le foie « en silence », sans que l'on s'en aperçoive. 

Qu’est-ce que l’hépatite B « aiguë » ?

Une infection aiguë peut durer jusqu'à six mois (avec ou sans symptômes). Les personnes infectées peuvent transmettre le virus pendant cette période.

Les symptômes d'une infection aiguë peuvent se traduire par une perte d'appétit, des douleurs articulaires et musculaires, une légère fièvre et des maux d'estomac. Bien que la plupart des personnes ne présentent aucun symptôme, ceux-ci peuvent apparaître entre 60 et 150 jours (trois mois en moyenne) après avoir contracté l'infection. Certaines personnes peuvent présenter des symptômes plus graves comme des nausées et des vomissements, un ictère (le jaunissement des yeux et de la peau) et le gonflement de l’estomac. Ces symptômes nécessitent qu'elles consultent un médecin.

On peut dépister l'hépatite B par une simple analyse de sang. Si vous avez été diagnostiqué(e) d'une hépatite B aiguë, le médecin vous prescrira un autre test de dépistage six mois plus tard pour déterminer si vous êtes guéri(e) ou si vous avez développé une hépatite B chronique. Il est important que vous protégiez les autres d'une infection éventuelle jusqu'à ce que le médecin confirme l'absence du virus de l'hépatite B dans votre sang. Il est également important que votre partenaire sexuel et que les membres de votre famille (ou les personnes avec qui vous êtes en contact étroit) passent un test de dépistage. S'ils ne sont pas infectés et n'ont pas encore été vaccinés, ils devront commencer la série de vaccins.  

Les personnes souffrant d'une hépatite B aiguë ne se verront pas prescrire de traitement particulier. En effet, il n'en existe aucun contre l'hépatite B aiguë, et la plupart des adultes infectés en guérissent tout seuls. Il peut arriver que les personnes présentant des symptômes graves soient hospitalisées. Cette hospitalisation a pour but de traiter les symptômes et de permettre aux patients de se reposer. Une maladie rare et potentiellement mortelle, appelée « hépatite fulminante » peut survenir dans le cas d'une nouvelle infection aiguë. Elle nécessite une prise en charge immédiate, car la personne atteinte risque de développer une insuffisance hépatique soudaine.

En cas d'infection aiguë, quelques mesures simples permettent de prendre soin de votre foie : éviter de boire de l'alcool, cesser de fumer ou limiter le tabagisme, manger sainement, éviter les aliments gras et lourds. N'oubliez pas de parler à votre médecin de tout médicament ou complément alimentaire que vous prenez (avec ou sans ordonnance) pour vous assurer qu'ils ne présentent aucun danger pour votre foie. C'est l'occasion de poser toutes les questions que vous pourriez avoir. La prise de vitamines et de compléments alimentaires ne vous permettra pas de guérir plus facilement, elle pourrait même faire plus de mal que de bien à votre foie.

N'oubliez pas de vous présenter à toutes les analyses de sang supplémentaires prescrites par votre médecin. Elles sont nécessaires pour confirmer la guérison d'une infection aiguë.

Qu’est-ce que l’hépatite B chronique ?

Les personnes dont le sang contient le virus de l'hépatite B pendant plus de six mois (à compter de la première analyse de sang) sont diagnostiquées d'une infection chronique. Cela signifie que leur système immunitaire n'a pas réussi à éliminer le virus de l'hépatite B qui est toujours présent dans leur sang et leur foie. Il existe des moyens efficaces pour traiter et prendre en charge l'hépatite B chronique mais, malheureusement, il n'existe aucune cure. Si vous êtes porteur (porteuse) d'une infection chronique, le virus restera probablement dans votre sang toute votre vie.

Les personnes atteintes d'hépatite B chronique peuvent transmettre le virus, sans le savoir. L'hépatite B chronique peut également entraîner une maladie grave du foie comme une cirrhose ou un cancer du foie. Toutes les personnes porteuses d'une infection chronique ne développeront pas forcément une maladie grave du foie. Elles courent toutefois un risque plus élevé que les personnes non infectées.

Le risque de développer une hépatite B chronique est lié à l'âge auquel la personne contracte le virus :

  • 90 % des nouveau-nés et des bébés infectés développeront une hépatite B chronique
  • Jusqu'à 50 % des enfants (de 1 à 5 ans) infectés développeront une hépatite B chronique
  • 5 à 10 % des adultes infectés développeront une hépatite B chronique (dont 90 % guériront)

La nouvelle d'être porteur ou porteuse d'une infection chronique peut être dévastatrice. En effet, comme la plupart des personnes atteintes ne présentent aucun symptôme et que leur diagnostic peut survenir des décennies après l'exposition initiale au virus de l'hépatite B, ce diagnostic peut être bouleversant. La bonne nouvelle est que la plupart des personnes atteintes d'hépatite B chronique peuvent s'attendre à vivre une longue vie en bonne santé.

Les femmes enceintes infectées peuvent transmettre le virus à leur bébé à la naissance. Comme le risque de contracter une infection chronique à la naissance est élevé, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis recommandent l'administration du premier vaccin contre l'hépatite B à tous les nouveau-nés dans les 12 à 24 heures après leur naissance. Si vous êtes enceinte et savez que vous êtes infectée, vous pouvez vous assurer que votre bébé reçoive son premier vaccin contre l'hépatite B dans 12 à 24 heures après sa naissance !

Bien qu'il n'existe pas de cure contre l'infection chronique par le virus de l'hépatite B, des traitements mécamenteux efficaces sont disponibles qui permettent de contrôler le virus de l'hépatite B et de l'empêcher d'endommager le foie. De nouveaux médicaments prometteurs sont actuellement en phase de recherche. Ils pourraient apporter une cure dans un avenir rapproché. Même si le risque de développer une maladie grave du foie ou un cancer du foie est plus important chez les personnes atteintes d'hépatite B chronique que pour celles qui ne sont pas infectées, quelques mesures simples permettent de réduire ce risque.

  • Prévoyez une consultation tous les six mois (ou, au minimum, une fois par an) avec un hépatologue (médecin spécialisé dans les maladies du foie) ou un médecin expérimenté en matière d'hépatite B pour faire examiner l'état de votre foie.
  • Demandez à votre médecin si un traitement contre l'hépatite B chronique peut être utile dans votre cas afin de prévenir une maladie grave du foie ou un cancer du foie.
  • Assurez-vous que votre médecin vous fasse passer un test de dépistage du cancer du foie lors de vos consultations régulières, car un dépistage précoce vous offre plus de choix de traitement et une vie plus longue.
  • Évitez ou limitez la consommation d'alcool et le tabagisme, car les deux sont très nocifs pour le foie.

Mangez sainement en privilégiant les légumes, car les aliments gras et frits abîment le foie.

Que signifie être « porteur chronique » ?

Les personnes souffrant d'une infection chronique sont des « porteurs chroniques » du virus de l'hépatite B. Être « porteur chronique » signifie que vous avez une infection chronique, que vous pouvez transmettre le virus de l'hépatite B aux autres, et que vous devez être suivi(e) par un médecin.

Existe-t-il une cure contre l'hépatite B ?

La plupart des adultes guérissent de leur infection tout seuls, sans avoir besoin de traitement. Il n'existe actuellement aucune cure contre l'hépatite B chronique, ni pour les adultes, ni pour les enfants ou les nouveau-nés. La bonne nouvelle est qu'il existe des traitements qui, en ralentissant le virus, peuvent contribuer à ralentir la progression de la maladie du foie chez les personnes porteuses d'une infection chronique. Moins le virus de l'hépatite B est produit, moins le foie est abîmé.

Grâce à la recherche médicale prometteuse, il y a de l'espoir qu'une cure contre l'hépatite B chronique soit découverte dans un avenir proche. Rendez-vous sur Drug Watch (observatoire des médicaments) pour y trouver une liste de médicaments prometteurs en cours de développement.

Quels sont les choix de traitement ?

Dans le cas d'une infection aiguë, le seul traitement est généralement le repos et un traitement d'appoint contre les symptômes.

Dans le cas d'une hépatite B chronique, plusieurs traitements existent. Il est important de comprendre que toutes les personnes atteintes d'hépatite B chronique n'ont pas forcément besoin de traitement. Votre médecin vous aidera à déterminer si vous avez besoin de prendre des médicaments ou s'il est suffisant de surveiller votre état de santé.

Il existe de nombreux médicaments antiviraux capables de ralentir ou d'empêcher le virus de l'hépatite B de se répliquer, ce qui réduit l'inflammation et les dommages au foie. Ces antiviraux sont administrés sous forme de comprimé une fois par jour pendant au moins un an, souvent plus longtemps. Il existe six antiviraux homologués par la Food and Drug Administration (FDA). Seuls trois antiviraux « de première ligne » sont préconisés : ténofovir disoproxil (Viread/TDF), ténofovir alafénamide (Vemlidy/TAF) et entécavir (Baraclude). Les antiviraux de première ligne sont préconisés parce qu'ils sont plus sûrs et plus efficaces. D'autres choix s'offrent à ceux qui ne répondent pas ou qui n'ont pas accès aux traitements antiviraux de première ligne : telbivudine (Tyzeka, Sebivo), adéfovir dipivoxil (Hepsera) et lamivudine (Epivir-HBV, Zeffix, Heptodin).

Bien que la FDA ait homologué ces antiviraux pour le traitement de l'hépatite B chronique, il ne s'agit pas d'une cure complète. Ils peuvent cependant réduire considérablement le risque de développer des lésions au foie et un cancer au foie. Un traitement antiviral n'est pas à prendre à la légère. C'est la raison pour laquelle un bilan complet réalisé par un médecin expérimenté est crucial avant de commencer le traitement contre l'hépatite B chronique.

Il existe également des médicaments immunomodulateurs qui renforcent le système immunitaire afin d'aider à contrôler le virus de l'hépatite B. Ils sont administrés sous forme d'injections sur une période allant de six mois à un an. Parmi les immunomodulateurs les plus couramment prescrits figurent l'interféron alfa-2b (Intron A) et l'interféron pégylé (Pegasys).

Votre médecin devra discuter avec vous des choix de traitement possibles avant de décider, le cas échéant, lequel est le mieux adapté à votre état. Chez de nombreuses personnes, ces médicaments vont diminuer ou arrêter le virus de l'hépatite B. Ces personnes se sentent mieux après quelques mois parce que les médicaments ralentissent, voire inversent les dommages hépatiques causés par le virus, s'ils sont pris à long terme.

Pour obtenir la liste complète des médicaments homologués par la FDA et des autres médicaments prometteurs en cours de développement pour combattre l'hépatite B, rendez-vous sur Drug Watch (observatoire des médicaments).

General Information

What is hepatitis B?

Hepatitis B is the world's most common liver infection. It is caused by the hepatitis B virus (HBV), which attacks and injures the liver. It is transmitted through blood, unprotected sex, shared or re-used needles, and from an infected mother to her newborn baby during pregnancy or delivery. Most infected adults are able to get rid of the hepatitis B virus without any problems. However, some adults and most infected babies and children are unable to get rid of the virus and will develop chronic (life-long) infection.

The good news is that there is a safe vaccine to prevent a hepatitis B infection and new treatments for those already infected with hepatitis B. 

How many people are affected by hepatitis B?

Worldwide, 2 billion people (1 out of 3 people) have been infected with hepatitis B; and 257 million people are chronically infected (which means they are unable to get rid of the virus). An estimated 700,000 people die each year from hepatitis B and its complications.

Why is hepatitis B more common in some parts of the world?

Hepatitis B can infect any person of any age or ethnicity, but people from parts of the world where hepatitis B is common, such as Asia, parts of Africa and South America, Eastern Europe, and the Middle East, are at much higher risk for getting infected. Hepatitis B is also common among Americans who were born (or whose parents were born) in these regions.

Hepatitis B is more common in certain regions of the world because there are so many more people already infected with hepatitis B in these regions. Although hepatitis B is not an "Asian disease" or an “African disease,” it affects hundreds of millions of people from these regions – so there are more people who can pass the hepatitis B virus on to others. This increases the risk that you could get infected. Since there is a smaller number of Westerners who are infected, this group has a lower risk of infection.

In regions where hepatitis B is common, people are usually infected as newborns - from a mother who unknowingly passes the virus to her baby during delivery. Young children are also at risk if they live in close daily contact with an infected family member. Babies and children are more likely to develop a chronic hepatitis B infection because their young immune systems have trouble getting rid of the virus.

If you, or your family, is from an area of the map that is darker blue, you might be at greater risk for hepatitis B infection and should talk to a doctor about getting tested.

map 3 04 global 002

Why should I be concerned about hepatitis B?

Chronic hepatitis B can lead to serious liver disease such as cirrhosis or liver cancer. It's important to get tested because early diagnosis can lead to early treatment which can save your life. Also, people who are infected can spread the virus to others. Since most people don't know they are infected, they are unknowingly spreading it to many other people. If people are not tested, hepatitis B can pass through several generations in one family and throughout the community.

One common myth is that hepatitis B can be "inherited" since several generations in one family may be infected. But hepatitis B is NOT a genetic disease -- hepatitis B is caused by a virus, which is often transmitted among family members due to mother-to-child transmission or accidental household exposure to blood. Families can break the cycle of hepatitis B infection by getting tested, vaccinated and treated.

Why is hepatitis B so dangerous?

Hepatitis B is dangerous because it is a “silent infection” that can infect people without them knowing it. Most people who are infected with hepatitis B are unaware of their infection and can unknowingly pass the virus to others through their blood and infected bodily fluids. For those who become chronically infected, there is an increased risk of developing liver failure, cirrhosis and/or liver cancer later in life. The virus can quietly and continuously attack the liver over many years without being detected. 

What is acute hepatitis B?

An acute hepatitis B infection may last up to six months (with or without symptoms) and infected persons are able to pass the virus to others during this time.

Symptoms of an acute infection may include loss of appetite, joint and muscle pain, low-grade fever, and possible stomach pain. Although most people do not experience symptoms, they can appear 60-150 days after infection, with the average being 3 months. Some people may experience more severe symptoms such as nausea, vomiting, jaundice (yellowing of the eyes and skin), or a bloated stomach that may cause them to see a health care provider.

A simple blood test can tell a person if the hepatitis B virus is in their blood. If you have been diagnosed with acute hepatitis B, the doctor will need to test your blood again in 6 months to figure out if you have recovered, or if you have developed a chronic hepatitis B infection. Until your health care provider confirms that your blood test shows that there is no more hepatitis B virus in your blood, it is important to protect others from a possible infection. It is also important to have your sexual partner(s) and family members (or those you live in close household contact with) tested for hepatitis B. If they have not been infected – and have not received the hepatitis B vaccine – then they should start the hepatitis B vaccine series.  

People who have acute hepatitis B are not prescribed specific hepatitis B treatment – there is no treatment that will get rid of an acute hepatitis B infection, and most people infected as adults recover on their own. Sometimes, a person with severe symptoms may be hospitalized for general support. Rest and managing symptoms are the primary goals of this medical care. A rare, life-threatening condition called “fulminant hepatitis” can occur with a new acute infection and requires immediate, urgent medical attention since a person can go into sudden liver failure.

Simple tips for taking care of your liver during an acute hepatitis B infection are to avoid alcohol, stop or limit smoking, eat healthy foods, avoid greasy or fatty foods, and talk to your health care provider about any medications you are taking (prescriptions, over-the-counter medications, vitamins or herbal supplements) to make sure they are safe for your liver. This is a good time to ask any other questions you may have. The use of vitamins and liver health supplements will likely not assist your recovery and may actually cause more harm than good to the liver.

Be sure to follow-up with your health care provider for any additional blood tests that are needed to confirm your recovery from an acute infection.

What is chronic hepatitis B?

People who test positive for the hepatitis B virus for more than six months (after their first blood test result) are diagnosed as having a chronic infection. This means their immune system was not able to get rid of the hepatitis B virus and it still remains in their blood and liver. There are effective ways to treat and manage a chronic infection, but there is no cure. If you are chronically infected, the virus will likely remain in your blood for the rest of your life.

People who have chronic hepatitis B can unknowingly pass the virus on to others. Chronic hepatitis B can also lead to serious liver diseases, such as cirrhosis or liver cancer. Not every person who is chronically infected will develop serious liver disease. However, they have a greater chance than someone who is not infected.

The risk of developing a chronic hepatitis B infection is related to the age at which one first becomes infected with the hepatitis B virus:

  • 90% of infected newborns and babies will develop a chronic hepatitis B infection
  • Up to 50% of infected children (1-5 years) will develop a chronic hepatitis B infection
  • 5-10% of infected adults will develop a chronic hepatitis B infection (that is, 90% will recover)

Learning that you have a chronic hepatitis B infection can be very upsetting. Because most people do not have symptoms and can be diagnosed decades after their initial exposure to the hepatitis B virus, it can be a shock and a surprise to be diagnosed with a chronic hepatitis B infection. The good news is that most people with chronic hepatitis B should expect to live a long and healthy life.

Infected pregnant women can pass the virus to their newborns during childbirth. Therefore, since the risk of newborns becoming chronically infected at birth is high, both the World Health Organization (WHO) and the U.S. Centers for Disease Control and Prevention (CDC) recommend that all infants receive the first dose of the hepatitis B vaccine within 12-24 hours after birth. If you are pregnant and you know that you are infected, you can make sure that your baby gets the first dose of the hepatitis B vaccine within 12-24 hours after delivery!

While there is no cure for chronic hepatitis B infection, there are effective drug therapies that can control the hepatitis B virus and stop it from damaging the liver. There are also promising new drugs in the research phase that could provide a cure in the very near future. Although the risk of developing a serious liver disease or liver cancer is higher for those living with chronic hepatitis B than those who are not infected, there are still many simple things a person can do to help reduce their risk.

  • Schedule regular visits every six months (or at least every year) with a liver specialist or a health care provider who is knowledgeable about hepatitis B so they can monitor the health of your liver.
  • Talk to your health care provider about whether treatment for your chronic hepatitis B infection would be helpful in preventing serious liver disease or liver cancer.
  • Make sure that your health care provider screens you for liver cancer during your regular visits since early detection equals more treatment options and a longer life.
  • Avoid or limit alcohol and smoking since both cause a lot of stress to your liver.
  • Eat a healthy diet with lots of vegetables since fried, greasy foods are hard on your liver.

What does it mean to be a “chronic carrier”?

When someone has a chronic hepatitis B infection, their doctor may refer to them as being a “chronic carrier.” Being a “chronic carrier” means that you have a chronic hepatitis B infection, can pass the virus on to others, and you should be managed by a doctor for your infection.

Is there a cure for hepatitis B?

Most adults will recover from an acute infection on their own without the need for medication. For adults, children and infants who develop a chronic hepatitis B infection, there is currently no cure. But the good news is there are treatments that can help slow the progression of liver disease in chronically infected persons by slowing down the virus. If there is less hepatitis B virus being produced, then there is less damage being done to the liver.

With all of the new exciting research, there is great hope that a cure will be found for chronic hepatitis B in the near future. Visit our Drug Watch for a list of other promising drugs in development.

What options are there to treat my hepatitis B?

For an acute infection, there is generally no treatment other than rest and supportive measures to manage any symptoms.

For chronic hepatitis B, there are several treatments available. It is important to understand that not everyone with chronic hepatitis B needs treatment. Your doctor will help you decide if you need medication or if you can wait and monitor your condition.

There are several antiviral medications that slow down or stop the hepatitis B virus from replicating, which reduces the inflammation and damage to the liver. These antivirals are taken as a pill once a day for at least 1 year, usually longer. There are 6 U.S. FDA approved antivirals, but only three “first-line” antivirals are recommended: tenofovir disoproxil (Viread/TDF), tenofovir alafenamide (Vemlidy/TAF) and entecavir (Baraclude). First-line antivirals are recommended because they are safer and most effective. For people who do not respond to, or have access to, the first-line antiviral treatments, other options are available: telbivudine (Tyzeka, Sebivo), adefovir dipivoxil (Hepsera), and lamivudine (Epivir-HBV, Zeffix, Heptodin).

Although the FDA has approved these antivirals for chronic hepatitis B, they do not provide a complete cure. They can, however, greatly decrease the risk of developing liver damage and liver cancer. Antivirals are not meant to be stopped and started, which is why a thorough evaluation by a knowledgeable doctor is so important before beginning treatment for chronic hepatitis B.

There are also immunomodulator drugs that boost the immune system to help control the hepatitis B virus. They are given as injections over 6 months to 1 year. The most commonly prescribed include interferon alfa-2b (Intron A) and pegylated interferon (Pegasys).

You and your doctor will need to discuss the treatment options before deciding which one, if any, is best for you. For many people, these medications will decrease or stop the hepatitis B virus. This results in patients feeling better within a few months because liver damage from the virus is slowed down, or even reversed in some cases, when taken long-term.

For a complete list of FDA approved drugs and other promising drugs in development for hepatitis B, visit our Drug Watch.